Tout savoir sur l’AVC (Accident Vasculaire Cérébral)

Qu’est-ce qu’un accident vasculaire cérébral ?

L’accident vasculaire cérébral (AVC) est le terme médical qui désigne un accident vasculaire cérébral. Un accident vasculaire cérébral est un accident vasculaire cérébral lorsque le flux sanguin vers une partie du cerveau est interrompu soit par un blocage, soit par la rupture d’un vaisseau sanguin. Il y a des signes importants d’un accident vasculaire cérébral dont il faut être conscient et dont il faut se méfier.

Consultez immédiatement un médecin si vous pensez que vous ou quelqu’un de votre entourage pourriez être victime d’un AVC. Plus le traitement est rapide, meilleur est le pronostic, car un AVC non traité pendant trop longtemps peut entraîner des lésions cérébrales permanentes.

Types d’accidents vasculaires cérébraux

Il existe deux principaux types d’accidents vasculaires cérébraux, ou AVC : un AVC ischémique est causé par un blocage ; un AVC hémorragique est causé par la rupture d’un vaisseau sanguin. Les deux types d’AVC privent une partie du cerveau de sang et d’oxygène, ce qui entraîne la mort des cellules cérébrales.

AVC ischémique

L’accident ischémique cérébral est le plus fréquent et survient lorsqu’un caillot sanguin bloque un vaisseau sanguin et empêche le sang et l’oxygène d’atteindre une partie du cerveau. Il y a deux façons d’y parvenir. L’un d’entre eux est un accident vasculaire cérébral embolique, qui se produit lorsqu’un caillot se forme ailleurs dans votre corps et se loge dans un vaisseau sanguin dans le cerveau. L’autre façon est un accident thrombotique, qui se produit lorsque le caillot se forme dans un vaisseau sanguin du cerveau.

AVC hémorragique

Un AVC hémorragique survient lorsqu’un vaisseau sanguin se rompt, ou hémorragie, et empêche ensuite le sang d’atteindre une partie du cerveau. L’hémorragie peut se produire dans n’importe quel vaisseau sanguin du cerveau ou dans la membrane qui entoure le cerveau.

Symptômes d’un accident vasculaire cérébral

Plus vite vous obtiendrez un diagnostic et un traitement pour un AVC, meilleur sera votre pronostic. C’est pourquoi il est important de comprendre et de reconnaître les symptômes d’un AVC.

Les symptômes de l’AVC comprennent :

  • Difficulté à marcher,
  • Vertige,
  • Perte d’équilibre et de coordination,
  • Difficulté à parler ou à comprendre les autres qui parlent,
  • Engourdissement ou paralysie du visage, de la jambe ou du bras, probablement d’un seul côté du corps,
  • Vision floue ou assombrie,
  • Un mal de tête soudain, surtout lorsqu’il s’accompagne de nausées, de vomissements ou d’étourdissements.

Les symptômes d’un AVC peuvent varier selon la personne et l’endroit du cerveau où il s’est produit. Les symptômes apparaissent habituellement soudainement, même s’ils ne sont pas très graves, et ils peuvent s’aggraver avec le temps.

Se souvenir des questions suivantes aidera les gens à reconnaître les symptômes les plus courants de l’AVC :

Visage : Est-ce qu’un côté du visage s’affaisse ?

Bras : Si une personne tend les deux bras vers l’extérieur, est-ce qu’on dérive vers le bas ?

Discours : Leur élocution est-elle anormale ou trouble ?

Heure : Il est temps d’appeler le 15 et de se rendre à l’hôpital si l’un de ces symptômes est présent.

Diagnostic d’un accident vasculaire cérébral

Les fournisseurs de soins de santé disposent d’un certain nombre d’outils pour déterminer si vous avez eu un AVC. Votre professionnel de la santé procédera à un examen physique complet au cours duquel il vérifiera votre force, vos réflexes, votre vision, votre parole et vos sens. Ils vérifieront aussi si les vaisseaux sanguins de votre cou émettent un son particulier. Ce son, que l’on appelle un bruit, indique une circulation sanguine anormale. Enfin, ils vérifieront votre tension artérielle, qui peut être élevée si vous avez eu un AVC.

Votre médecin peut également effectuer des tests diagnostiques pour découvrir la cause de l’AVC et en localiser l’origine. Ces tests peuvent comprendre un ou plusieurs des éléments suivants :

  • Analyses sanguines : Votre professionnel de la santé voudra peut-être effectuer un test sanguin pour déterminer le temps de coagulation, le taux de glycémie ou l’infection. Tous ces facteurs peuvent influer sur la probabilité et la progression d’un AVC.
  • Angiographie : Une angiographie, qui consiste à ajouter un colorant à votre sang et à prendre une radiographie de votre tête, peut aider votre médecin à trouver le vaisseau sanguin obstrué ou hémorragique.
  • Échographie carotidienne : Ce test utilise des ondes sonores pour créer des images des vaisseaux sanguins dans votre cou. Ce test peut aider votre fournisseur de soins à déterminer s’il y a un flux sanguin anormal vers votre cerveau.
  • Scanner : il est souvent effectué peu de temps après l’apparition des symptômes d’un AVC. Le test peut aider votre fournisseur de soins à trouver le problème ou d’autres problèmes qui pourraient être associés à l’AVC.
  • IRM : Une IRM peut fournir une image plus détaillée du cerveau que la tomodensitométrie. C’est plus sensible qu’un scanner pour détecter un accident vasculaire cérébral.
  • Echocardiogramme : Cette technique d’imagerie utilise des ondes sonores pour créer une image de votre cœur. Il peut aider votre fournisseur de soins à trouver la source des caillots sanguins.
  • Électrocardiogramme (ECG) : C’est un traçage électrique de votre cœur. Cela aidera votre professionnel de la santé à déterminer si un rythme cardiaque anormal est la cause d’un AVC.

Traitement d’un accident vasculaire cérébral

Le traitement de l’AVC dépend du type d’AVC que vous avez subi. Le but du traitement de l’AVC ischémique, par exemple, est de rétablir la circulation sanguine. Les traitements de l’AVC hémorragique visent à contrôler le saignement.

Traitement de l’AVC ischémique

Pour traiter un AVC ischémique, on peut vous administrer un médicament qui dissout les caillots ou un anticoagulant. On peut aussi vous donner de l’aspirine pour prévenir un deuxième AVC. Le traitement d’urgence pour ce type d’AVC peut comprendre l’injection d’un médicament dans le cerveau ou l’élimination d’un blocage au moyen d’une intervention.

Traitement de l’AVC hémorragique

Dans le cas d’un AVC hémorragique, on peut vous administrer un médicament qui diminue la pression dans votre cerveau causée par le saignement. Si le saignement est grave, vous devrez peut-être subir une intervention chirurgicale pour enlever l’excès de sang. Il est également possible que vous ayez besoin d’une intervention chirurgicale pour réparer la rupture d’un vaisseau sanguin.

Perspectives à long terme d’un accident vasculaire cérébral

Il y a une période de récupération après un AVC. La durée de la récupération varie selon la gravité de l’AVC. Il se peut que vous deviez participer à la réadaptation en raison des effets de l’AVC sur votre santé, en particulier les incapacités qu’il peut causer. Cela peut inclure l’orthophonie ou l’ergothérapie, ou encore le travail avec un psychiatre, un neurologue ou un autre professionnel de la santé.

Vos perspectives à long terme après un AVC dépendent de quelques facteurs :

  • Le type d’AVC,
  • L’ampleur des dommages qu’il cause à votre cerveau,
  • La rapidité avec laquelle vous êtes en mesure de recevoir un traitement,
  • Votre état de santé général.

Les perspectives à long terme après un AVC ischémique sont meilleures qu’après un AVC hémorragique.

Les complications courantes résultant d’un AVC comprennent la difficulté à parler, à avaler, à bouger ou à penser. Ceux-ci peuvent s’améliorer au cours des semaines, des mois et même des années après un AVC.

Prévention d’un accident vasculaire cérébral

Il existe de nombreux facteurs de risque d’AVC, notamment le diabète, la fibrillation auriculaire et l’hypertension (hypertension artérielle).

Par conséquent, il existe de nombreuses mesures que vous pouvez prendre pour aider à prévenir l’AVC. Les mesures de prévention des accidents vasculaires cérébraux sont semblables à celles que vous prendriez pour aider à prévenir les maladies du cœur. Voici quelques façons de réduire vos risques :

Votre professionnel de la santé peut vous prescrire des médicaments pour prévenir les AVC s’il sait que vous êtes à risque. Les médicaments préventifs possibles contre les accidents vasculaires cérébraux comprennent les médicaments qui amincissent le sang et préviennent la formation de caillots.

Vos commentaires sont les bienvenus

Laisser un commentaire